Chroniques mangas et animes

Chroniques mangas et animes

[Dossier] Trilogie de la Grisaia

Le monde du Visual Novel s'ouvre à nous progressivement grâce à des acteurs comme Sekai Project et Steam. Désormais, on peut profiter des meilleurs titre du genre qui était jusque là réservés aux japonnais. Parmi l'avalanche de titre s'offrant à nous, une série à particulièrement retenu mon attention. Il s'agit de la trilogie de Grisaia. Un anime éponyme a été produit mais très honnêtement, malgré ses qualités indéniable, l'anime est loin d'être aussi bon que son original. Du coup je me lance dans un article en 3 parties en essayant d'exposer ce qui est pour moi, le meilleur Visual Novel que j'ai pu lire.
 
1920-1200_001.jpg
 
De gauche à droite : Yumiko, Michiru, Sachi, Amane et Makina

Partie I : Le Fruit de la Grisaia / Grisaia no Kajitsu

 
Dans cette histoire, on incarne Kazami Yuuji, un jeune homme mystérieux et pas très loquace à première vu. Son passé se dévoile petit à petit tout au long de ce premier chapitre tout en conservant des zones d'ombres. On sait qu'il fait partir d'une organisation secrète, Ichigaya,  lié au ministère de la défense s'occupant de faire le sale boulot. Yuuji agissant en qualité de sniper, parmi les plus brillant de sa génération. A cause d'un certain événement, il se trouve dans l'incapacité de tuer. Il devient donc réserviste et intègre une école spécialisée (l’académie Mihama) pour les personnes au passé obscur. Très vite, on se rend compte que cette école ressemble à une cage dans laquelle on place les enfants à problèmes des personnes riches et influentes. Bien entendu, l'ensemble des étudiants de cette académie (au nombre de 5) sont toutes des filles, sinon c'est pas drôle ! Vous aussi vous voyez le harem qui se profil à l'horizon ?
 
makina14.jpg
 
Classic Makina
 
Le fruit de la Grisaia se découpe au 2 parties : une première partie longue et sans choix qui sert de base à l'histoire et place les différentes éléments scénaristiques tout en nous donnant une idée des liens entre les étudiants. L'autre partie, propre aux VNs, est une succession de choix qui en fonction de vos réponses, vous entraîne sur l'histoire de la fille choisi. Cela à pour but d'en apprendre plus sur les filles et leurs raisons d'être dans cette école tout en laissant quelques indices sur le passé de Yuuji. 
 
Une présentation des personnages semble nécessaire pour mieux comprendre le déroulement du scénario.
 
Suou Amane : La grande sœur de l’académie, responsable et bienveillante elle est aussi la plus âgées du groupe. Elle entretien une relation presque maternelle avec Makina. D'un autre côté elle semble très proactive avec Yuuji, lui avouant être tombé amoureuse de lui au premier regard. Amane n'a aucune limite à ce niveau là, n'hésitant pas à s'introduire sans sa chambre pour lui sauter dessus. Son côté allumeuse est en réalité motivé par un autre sentiment, lié à sa raison d'être à l'école. Son passé à une connexion avec celui de Yuuji mais ce dernier l'ignore complètement.
 
amane02.jpg
 
 
Irisu Makina : L'enfant terrible de l'école. On peut noter 2 choses à propos de Makina qui ne semblent pas évident au début : Elle a le même age que Sachi et elle est surdouée. La jeune fille semble copier le comportement de son entourage comme un enfant imite ses parents. L'arrivé de Yuuji va la transformer, elle va gagner en assurance mais aussi en vulgarité. Héritière de l'un des plus puissant clan du Japon, elle tombe en disgrâce suite à un choc psychologique qui la cloua 6 ans à l’hôpital. Depuis elle agit comme une enfant puérile mais sont talent latent refait surface de temps en temps. La moiter des répliques cultes de la série proviennent de Makina par sa vulgarité qui contraste avec son apparence et son "accent" que je trouve hilarant.
 
Matsushima Michiru : Une autre idiote, mais celle ci est authentique. Elle se fait passé pour une pseudo tsundere dans une tentative pour avoir une personnalité originale. Sa stupidité n'a pas de limite au point t'attirer la compassion de ses camarades. Malgré cela, Michiru réserve quelques surprises intéressantes. J'ai trouvé son histoire très touchante. 
 
michiru02.jpg
Michiru Strikes again...
 
Komine Sachi : La déléguée de la classe et auto proclamée "maid" du dortoir, Sachie ne refuse jamais ce qu'on lui demande peut importe l'absurdité de la requête. Ajoutons à cela une tendance à tout prendre au premier degré, la jeune fille devient rapidement une source fiable du comique de la série. Son obéissance maladive vient d'un trouble de stress post-traumatique, sorte de désordre psychologique suite à un événement choquant. Son passé à aussi un lien direct avec Yuuji. L'autre grande partie des répliques cultes de la série proviennent de Sachi, mon personnage préféré. 
 
Sakaki Yumiko : La beauté froide du groupe. A sa première rencontre avec Yuuji, celle-ci tente de l'agresser avec un cutter. Malgré que Yumiko soit la première élève de l'académie, celle-ci reste à l'écart et se mêle rarement aux activités du groupe. Malgré son détachement affichée, elle se trouve être très sensible et elle n'hésitera pas sur le moyens pour protéger les autres filles en cas de besoin. Cette "cage" a été spécialement construite pour elle par son père. 
 
En plus des 5 étudiantes, on note quelques personnages qui on un impact significatif dans l'histoire 
 
JB : Supérieure de Yuuji, elle est aussi son responsable légale. Yuuji ayant perdu ses parents assez jeune. Il à ensuite été récupéré par une personne qu'il désigne comme "maître". A la mort de son maître, JB l'a recueilli et lui a donné une raison de continuer à vivre. 
 
Tachibana Chizuru : Principale de l’académie, Yuuji lui à sauvé la vie lors d'une de ces missions, c'est en partie pour cette raison que ce dernier à pu entrer dans l'école.
 
Kazami Kazuki : Grande soeur de Yuuji et véritable génie. Officiellement elle a perdu la vie dans un accident de la route, mais les circonstances de sa mort reste troubles. Sa disparition à bouleversé la famille de Yuuji. 
 
Après cette présentation un peu wikipedia-tesque (promis j'ai pas copier coller !), on peut revenir sur le coeur du sujet.
 
yuuji08.jpg
 
JB, la cible favorite des remarques de Yuuji
 
Souvent dans un Visual Novel, on trouve toujours des routes moins intéressantes que les autres. Des routes qu'on a pas envie de refaire parce que l'histoire ne nous intéresse pas et le personnages nous fait vraiment chier. Grisaia fait exception à cette règle. J'ai adoré chaque route et chaque personnage qu'il nous offre. Même si à la base j'étais sceptique sur Michiru, Makina et Yumiko, tout mes doutes ont été balayé après quelques minutes de lecture sur leurs routes. Je dois même dire que, vu les répliques que Makina à tendance à lâcher, j'avais hâte d'entrer sur sa route. De la même manière, malgré la stupidité affiché de Michiru, je ne m'attendais pas à y trouver une histoire aussi touchante. 
 
"Parfait". C'est le meilleur mot pour désigner cette première partie. Tout est astucieusement dosé, l'histoire est riche, plaisante, drôle, touchante et sombre à la fois. On pourrait imaginer que mélanger autant de choses à la fois donnerait naissance à un truc bancale et bâclée. Mais c'est tout le contraire. La musique se montre à la hauteur de l'histoire et les CGI (images de synthèse) qui ponctue le scénario apportent une nette valeur ajoutée à l'ambiance générale.
 
Néanmoins je ne recommande pas réellement l'anime. Pour faire simple, Grisaia c'est une petite centaine d'heure de lecture pour en faire le tour. La seule solution pour faire tenir tout ça dans une anime de 13 épisodes, c'est de bâcler. Je ne parle même pas de l'histoire de Yumiko qui n'a absolument rien à voir avec l'histoire initial. Ou encore la longue route de Sachi qu'on vous envoie dans la face en 20 minutes. On a trop souvent l'impression que les solutions sortent de nul part ce qui fait que l'anime perd en cohérence. Bref la supériorité du VN est écrasante.
 
 

Partie II : La Labyrinthe de la Grisaia / Grisaia no Meikyuu

 
Le ton devient plus sombre avec cette nouvelle partie qui fait suite à la route commune de son prédécesseur. Il faut voir par là que Yuuji ne s'est pas engagé de manière romantique avec l'une des filles de Mihama. Nos héroïnes auront même un rôle mineur à jouer puisque l'intrigue met un avant le passé de Yuuji. Après plusieurs dizaines d'heures de jeu dans la peau du mystérieux jeune homme, on apprend enfin tout sur sa vie avant qu'il intègre l'académie. 
 
Cela couvre son enfance avec sa famille et l'influence de sa soeur dans sa vie. La disparition de Kazuki qui entraîne la destruction de sa famille. Yuuji devenu orphelin est récupéré par l'antagoniste de l'histoire qui l’entraîne à devenir une machine à tuer. Accessoirement, il lui fait subir un grand nombre de tortures physique et psychologique pour le rendre obéissant. L'histoire raconte comment il a été sauvé par son Asako, son maître et comment il a rencontré JB. On apprend par la suite comment Yuuji est devenu un agent pour Ichigaya et on suit même l'entrainement militaire qu'il a suivi sur les recommandations de son mentor.
 
0182.jpg
 
Asako et Yuuji enfant
 
Clairement le passé de Yuuji reste le plus tragique de la série, les filles de Mihama découvrent ce passé en même temps que nous. A cause ça, elles s’inquiètent de voir leur vie de tout les jours être bouleversé. Malheureusement 2 événements majeurs vont précipiter les choses et modifier profondément l'ambiance de la série. Cette partie fait remarquablement bien son travail. Elle sert de transition entre la calme et la tempête.

Partie III : L'Eden de la Grisaia / Grisaia no Rakuen

 
Jusque là, Grisaia ressemblait à :
 
0475.jpg
 
Ou encore a :
 
0488.jpg
 
Avec la dernière partie de la trilogie on est plutôt dans ce ton là : 
 
bwwt3tB.png
 
et celui-là :
 
big_thumb_4a7a90c79446c55fcbc46fe738f367b1.jpg
 
Sachi transpire la classe dans cette scène
 
La raison de ce changement d'ambiance est lié aux événements finaux de l'opus précédent plaçant le héros dans une position critique. Nos 5 héroïnes décident de ne pas rester bras croisées et ce lancent dans une opération sauvetage risquée. Pour mener à bien cette mission, elles pourront compter sur l'aide d'un mystérieux allié. On savait grâce aux histoires précédent que certaines des filles possédaient des ... "compétences particulières" et les voir entrer en action de cette façon donne un ressenti assez satisfaisant.
 
Les pièces du puzzle s'assemblent enfin, tout les acteurs sont présent pour le déroulement de ce dernier acte pour nous offrir la conclusion tant attendue. Personnellement ça m'a un peu surpris mais j'ai été globalement content de la fin. Comme il faut attendre encore un petit moment pour avoir une traduction propre et officielle, je pense que étofferai cette partie plus tard.
 

Partie IV : Synthèse 

 
Globalement ce qu'il faut retenir de Grisaia :
C'est une oeuvre qui réussi aussi bien dans le comique que dans le tragique mais aussi dans l'action et se permet même le luxe d'offrir des dialogues d'une qualité exceptionnel. Je ne me suis jamais ennuyé lors de certains passage comme j'ai pu m'ennuyer devant Clannad et Little Busters, qui sont pourtant de grande référence du genre. On note que même si le jeux porte le label tout public, les dialogues comportent leur lot de connotations sexuelles. On a le droit à une grande palette d'émotions tout au long des 3 parties.
 
sachi03.jpg
 
Combo : La naïveté de Sachi et le regard blasé d'Amane
 
 
Steam propose des versions officiels et il faut compter une petite somme pour profiter de l'ensemble de la série, mais uniquement en anglais !
 
Le fruit de la Grisaia  ~= 35€
Le Labyrinthe de La Grisaia ~= 35€ + l'afterglow (qui correspond à la partie avec Asako) =~ 8€
L'Eden de la Grisaia n'est pas encore disponible de manière officiel et devrait sortir en fin d'année.
 
Le Labyrinthe avec l'afterglow peut sembler chère pour le contenu mais c'est dans les prix. On devrait plutôt dire que le fruit de la Grisaia qui possède un excellent ratio prix/temps de lecture. La première lecture m'a pris 89 heures et je suis bien tenté de refaire la groupe commune pour tenter de repérer les éléments cachées et sous entendu en tout genre. Bien évidement je ne regrette aucun centimes dépensé dans ce merveilleux chef d'oeuvre.
 
Le Visual Novel reste à mon sens, le meilleur média pour des histoires aussi fantastiques. Il associe la profondeur d'un roman à l'ambiance d'une serie. 


23/07/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres